Comment negocier efficacement le prix d’une voiture ?

Négocier l’achat d’une nouvelle voiture peut sembler comique : comme opposer un amateur à une équipe de professionnels. Mais en établissant les règles de base dès le début, vous pouvez égaliser les chances. Choisir une voiture ne se limite pas à trouver le prix le plus bas possible. Vous ne pouvez pas attendre d’un vendeur qu’il vous envoie chez le concurrent d’en face, mais les bons vendeurs en savent beaucoup sur les voitures qu’ils vendent et sur les personnes à qui elles peuvent convenir. Et ils feront tout leur possible pour trouver la bonne voiture pour vous.

Nos conseils de négociation pour une voiture

Les conseils suivants s’appliquent aussi bien si vous cherchez une voiture neuve ou que vous cherchiez à trouver une peugeot 208 d’occasion. Si vous êtes encore en mode « achat » plutôt qu’en mode « achat immédiat », ce serait une erreur de rejeter d’emblée ce qu’ils ont à dire. Quoi qu’il en soit, que vous négociiez le prix par e-mail, en utilisant un service d’achat intermédiaire ou en rencontrant un vendeur et, inévitablement, son patron, vous finirez par vous rendre chez un concessionnaire pour signer les papiers et obtenir les clés. Lorsque vous commencez à négocier, travaillez à partir de vos positions de force.

A lire aussi : Conseils pour trouver une voiture d'occasion à Bordeaux

Le vendeur commencera probablement la discussion en se concentrant sur le PDSF (prix de vente au détail du fabricant) du véhicule ou sur votre paiement mensuel. Ne faites pas ce détour. S’il commence par le prix, assurez-vous de négocier à partir du prix le plus bas et de travailler vers le haut, et non vers le bas, à partir du PDSF. En commençant par votre paiement mensuel, le vendeur peut regrouper l’ensemble du processus : le prix du nouveau véhicule, la reprise et le financement, le cas échéant. Cela lui donne trop de latitude pour semer la confusion.

A lire également : Les critères à connaître dans un contrat de leasing de voiture

Insistez plutôt pour négocier une chose à la fois. Votre première priorité est de vous entendre sur le prix le plus bas que vous pouvez obtenir pour le nouveau véhicule. Ce n’est qu’après avoir obtenu ce prix que vous pourrez commencer à discuter de l’échange ou du financement.

Établissez les règles de base

Plutôt que de vous laisser entraîner dans une discussion sur les conditions du vendeur, faites-lui savoir :

  • Vous avez fait des recherches approfondies sur le véhicule que vous voulez et vous avez déjà fait un essai routier.
  • Vous savez exactement quel niveau de finition et quelles options vous voulez, vous avez fait des recherches sur le prix de cette configuration et vous savez approximativement ce que le concessionnaire a payé pour cette configuration.
  • Vous avez déjà calculé ce que vous êtes prêt à payer. Rassurez le vendeur en lui disant que votre offre inclut un bénéfice équitable.
  • Si le vendeur peut atteindre votre prix cible, vous êtes prêt à acheter immédiatement. Sinon, vous avez l’intention de visiter d’autres concessionnaires.

Passer aux choses sérieuses

Commencez les négociations avec votre offre basse calculée à l’avance. Vous devez baser votre offre sur le prix moyen des transactions pour le modèle et le(s) niveau(x) de finition que vous souhaitez acheter.

Les erreurs à éviter lors de la négociation d’une voiture

Lorsque l’on négocie le prix d’une voiture, il faut savoir quelles erreurs éviter afin de maximiser ses chances d’obtenir un bon deal. Voici quelques-unes des erreurs les plus courantes à éviter.

La première erreur est de ne pas se préparer adéquatement avant la négociation. Il faut faire ses recherches sur le modèle et la marque que l’on souhaite acheter, ainsi que sur les prix pratiqués par les concessionnaires locaux et en ligne. Si on entre dans une salle d’exposition sans avoir fait cette recherche préalable, on risque davantage d’être pris au dépourvu lorsque vient le moment crucial de la négociation.

La deuxième erreur consiste à révéler sa position trop tôt dans la conversation avec le concessionnaire. Si l’on annonce son budget ou ce qu’on envisage pour sa nouvelle voiture avant même que le vendeur ait proposé une offre concrète, cela donne un avantage aux concessions qui peuvent alors adapter leur proposition en fonction des besoins du client plutôt que selon leurs véritables marges bénéficiaires.

Une troisième erreur fréquente lors des transactions automobiles excède souvent notre propre patience : c’est celle qui consiste à accepter rapidement une offre sans pour autant prendre suffisamment de temps pour y réfléchir voire comparer avec celles obtenues chez d’autres concessionnaires concurrents. Les acheteurs hâtifs ont tendance à regretter leur décision ultérieurement car ils se rendent compte qu’ils auraient pu obtenir une meilleure affaire s’ils avaient été plus patients et mieux informés.

Ne jamais signer quoi que ce soit sans lire attentivement toutes les clauses du contrat de vente. Certains vendeurs peu scrupuleux peuvent s’essayer à glisser des coûts supplémentaires sous couvert de frais administratifs ou similaires. Il faut également éviter d’acheter un modèle qui n’est plus commercialisé.

Pour éviter ces erreurs communes lors d’une transaction automobile, il est primordial de faire ses recherches et d’être préparé avant même de visiter un concessionnaire. Cela permettra non seulement de mieux comprendre le marché actuel mais aussi d’affirmer sa position avec confiance lorsqu’il s’agira finalement de négocier le prix.

Comment préparer sa stratégie de négociation avant d’acheter une voiture

Avant d’entamer une négociation pour l’achat d’une voiture, vous devez faire vos recherches sur la marque et le modèle souhaité afin d’avoir une idée précise du marché actuel. Il faut savoir comment ces voitures sont généralement vendues ainsi que quelles sont leurs caractéristiques techniques afin de pouvoir afficher une certaine assurance face au concessionnaire. Il peut également être intéressant de consulter les avis en ligne sur différents sites spécialisés concernant les expériences des utilisateurs avec ce véhicule particulier.

Une autre chose importante à considérer lorsqu’on achète une voiture neuve ou d’occasion est le financement : savez-vous si vous voulez payer comptant ou emprunter ? Si c’est le cas, recherchez différents types d’emprunts auprès de plusieurs banques pour trouver celui qui convient le mieux à votre situation financière personnelle.

Visiter différentes concessions est aussi recommandé dans la mesure où cela permettra non seulement de découvrir différentes options de modèles, mais aussi d’obtenir une idée des prix pratiqués sur le marché. Cela vous donnera un avantage lorsqu’il s’agira finalement de négocier, car vous saurez ce que les concurrents proposent.

Il est aussi judicieux de préparer ses arguments en amont et d’établir une liste des options ou équipements supplémentaires que l’on souhaite obtenir avec la voiture. Cette liste doit être établie avant même de rencontrer un vendeur afin qu’elle ne soit pas influencée par leurs arguments commerciaux.

Il faut garder à l’esprit qu’il est souvent possible d’obtenir des offres promotionnelles intéressantes si l’on achète à certains moments précis (par exemple en fin d’année fiscale). Il peut donc être utile d’attendre le bon moment pour effectuer son achat.

La clé pour réussir une bonne affaire dans l’univers automobile réside dans la préparation du terrain. En suivant ces quelques conseils utiles, vous augmenterez vos chances non seulement d’éviter les erreurs courantes lors des transactions automobiles, mais aussi et surtout d’affronter votre concessionnaire avec confiance et assurance.

vous pourriez aussi aimer