Filtres à particules : qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ?

Un filtre à particules est un système connecté au tuyau d’échappement qui piège les particules solides en suspension (suie ou carbone) et les élimine par un processus de régénération (automatique ou forcée) selon la technologie utilisée. Jusqu’à 85 % de la suie peut être éliminée et, dans certaines situations de conduite, presque 100 %. Continuez votre lecture pour tout découvrir sur ce dispositif.

Comment se passe l’entretien du filtre à particules ?

Comme tout filtre qui retient les impuretés, les filtres à particules doivent être nettoyés régulièrement. Les voitures diesel modernes intègrent des protocoles de régénération des filtres à particules. Ils sont capables d’identifier la situation et de déclencher le nettoyage du filtre. Dans ce cas, il est conseillé au conducteur de ne pas arrêter le cycle de régénération une fois qu’il a commencé et donc de continuer à conduire jusqu’à ce qu’il soit terminé. Une augmentation du niveau d’huile moteur est parfois le symptôme d’un mauvais fonctionnement du filtre à particules. Cela indique la nécessité d’une régénération manuelle. Pour le forcer, il est parfois nécessaire non seulement d’amener la voiture au-dessus de 2 000 tr/min (2 000 à 2 500) pendant environ 15 minutes, mais aussi de faire monter le moteur à plus de 2 500 tr/min (2 500 à 3 000) et de le maintenir à ce point pendant 20 à 30 minutes.

A voir aussi : Les offres de Mitsubishi Motors uniquement pour les professionnels

Comment fonctionne le filtre à particules

L’utilisation d’un filtre à particules, également appelé DPF (diesel particulate filter) ou FAP (diesel particulate filter), est obligatoire dans le cadre de la réglementation environnementale européenne depuis 2011. Le filtre à particules permet de contrôler l’émission de particules polluantes et de rendre la conduite plus écologique. Pour effectuer le processus de régénération automatique (incinération des particules de carbone), le filtre a besoin que le moteur tourne pendant environ une demi-heure à plus de 2 500 tours/minute afin que les gaz d’échappement atteignent une température suffisamment élevée. Si le moteur ne tourne pas fréquemment au-dessus de ce régime, lorsque le filtre est plein de particules, le moteur lui-même devra effectuer un cycle de régénération en injectant plus de carburant que d’habitude pour augmenter la température des gaz d’échappement.

Comment notre conduite affecte le filtre à particules

La façon dont nous conduisons influe sur le fonctionnement du filtre à particules. La conduite d’une voiture diesel à bas régime entrave le processus de régénération. Les démarrages à froid et les arrêts fréquents, la conduite en ville avec des trajets courts ou une utilisation peu fréquente de la voiture empêchent les filtres d’atteindre la température optimale pour la régénération des particules, ce qui entraîne une perte d’efficacité et une augmentation de la consommation de carburant. La conduite fréquente sur des rapports très élevés avec à peine 2 000 tr/min a le même effet sur le dysfonctionnement du filtre à particules. Les systèmes Stop&Start n’aident pas non plus car ils coupent le moteur. Les filtres sont normalement remplacés entre 80 000 et 200 000 kilomètres. Il est normal de ne pas avoir de problèmes jusqu’à 120 000 km. Dans certains cas, la durée de vie de ce filtre dépasse 250 000 km sans aucune intervention de maintenance.

A voir aussi : Pourquoi acheter sa voiture chez un concessionnaire ?

Surveillez le niveau d’huile, la consommation de carburant et le rendement de votre véhicule, car cela peut être un signe de dysfonctionnement du filtre à particules. Utilisez les différents processus de régénération pour éviter une panne majeure qui pourrait entraîner le remplacement coûteux du filtre. Et si malgré toute votre attention cela arrive, remplacez vite la pièce défectueuse en vous rendant chez un professionnel du secteur comme Catalyseur Auto par exemple.

vous pourriez aussi aimer